ERP CRM, vos clients les réclament de plus en plus ! Mais on ne se lance pas dans un projet d’ERP ou de CRM du jour au lendemain. Et si la location financière vous venait en aide pour accroître sensiblement votre chiffre d’affaires ?

Ils s’appellent Sage, SAP ou encore Cegid et ils peuvent vous aider à booster votre chiffre d’affaires en cette fin d’année. Ces trois éditeurs leaders sur le marché français proposent des logiciels de gestion dits « complexes ». C’est-à-dire des outils présentant de multiples fonctionnalités pour gérer une supply chain, une base de données client ou encore une chaîne de production.
Leur objectif ? Faciliter la gestion et la production de l’entreprise et augmenter ses performances, quel que soit son secteur d’activité : industrie, services, etc. Près d’un tiers des organisations ayant mis en place un ERP sont ainsi convaincues que le progiciel a permis d’accroître leurs performances, selon le cabinet CXP. Et vous, pour un ERP CRM avez-vous déjà pensé à les proposer à vos clients ?

ERP CRM ou encore SCM, ERM… des petites lettres qui ont la cote

  • Le cabinet Markess estime à 3,6 % la croissance annuelle du marché des ERP (progiciels de gestion intégrée regroupant les principales activités de l’entreprise) pour 2016.
  • Côté CRM (gestion de la relation client), Gartner table même sur 12 % de croissance au niveau mondial. Quant aux SCM (Supply Chain Management System pour la gestion des flux logistiques de la chaîne d’approvisionnement) et aux ERM (Entreprise Risk Management), ils poursuivent leur progression poussés par l’adoption du Cloud.
  • Selon un sondage de Nomura Holdings, 56 % des applications métiers basculeront en mode SaaS (Software as a Service) d’ici cinq ans.

Pourquoi passer par la location financière ?

Au-delà de l’éternel débat SaaS contre « on premises » (installation sur le site de l’entreprise), quel mode de financement faut-il choisir pour ces solutions en pleine croissance ? L’achat semble être la solution naturelle mais pas nécessairement la plus efficace. C’est là que la location financière entre en jeu.

  • Une solution qui permet d’étaler les dépenses dans le temps pour les quatre principaux postes de l’acquisition d’un logiciel complexe : la licence d’exploitation, le matériel, l’intégration et la maintenance. Le tout sans avoir recours au crédit.
  • Conséquence : le coût total de possession peut être réduit de moitié par rapport à un achat !
  • De surcroît, le loyer est synchronisé avec la montée en charge du projet d’ERP pour lisser sa trésorerie. De quoi séduire vos clients.
  • Sans compter que le calcul du retour sur investissement (ROI) devient transparent avec une telle méthode. La location financière permet en effet de connaître précisément le coût mensuel du logiciel de votre client sans avoir à effectuer de savants calculs.

L’exemple de la société AEGIDE DOMITYS qui a financé de cette manière son ERP est significatif.

 

Quelle méthodologie pour les logiciels complexes ?

Mais comment s’y prendre ? Quelle méthodologie suivre pour réussir la mise en place d’un ERP ou d’un CRM ? Les écueils sont nombreux sur la route des entreprises. Ainsi, 72 % d’entre elles constatent des retards dans leur projet CRM, selon Panorama Consulting. Pour les éviter, plusieurs bonnes pratiques doivent être suivies : étude détaillée de l’existant (procédures, outils et système d’information), recettes intermédiaires et définitives, etc.

Dans tous les cas, deux méthodologies ont le vent en poupe. La méthode dite de la « cascade » ou « waterfall » fonctionne par phases, chacune alimentant la suivante. L’idée étant d’achever entièrement une étape avant d’entamer la prochaine. De son côté, l’approche agile consiste à mener toutes les étapes en parallèle. La plus populaire étant la méthode scrum (mêlée au rugby). Concrètement, les équipes se fixent d’abord des « petits » objectifs (une fonctionnalité du CRM par exemple) et se lancent dans un « sprint » pour l’atteindre avec des équipes transverses. Une fois un premier petit objectif atteint et validé, on passe au suivant jusqu’à la réalisation de l’objectif final : l’implémentation réussie du logiciel complexe.